Babx, point d’orgue sublime des grands paroliers français

disco babx
Bibliothèque de la Hart Poétique – exposition temporaire Babx, point d’orgue sublime des grands paroliers français
Dans le sens des aiguilles d’une montre: Cristal Ballroom (2009), Drones Personnels (2013), Babx (2006) et Cristal Automatique #1 (2015).

SUR LA ROUTE DU CRISTAL AUTOMATIQUE #1
En 2006, le label Up Music/WM France, nous révélait Babx, jeune auteur, compositeur et interprète qui, avec son premier album éponyme, avait déjà tout pour remuer le paysage de la chanson française. Comme pour affirmer définitivement sa capacité à créer des objets musicaux aux qualités remarquables, David Babin nous a ensuite offert son Cristal Ballroom et les Drones Personnels. C’est avec Sébastien Gastine (basse-contrebasse), Grégory Dargent (guitare-divers autres instruments) et Frédéric Jean (batterie) qu’il a parcouru le pays et proposé sa musique “qui éclate comme des balles dans le cœur”. Qui éclate si bien qu’elle trouve, en 2015, son émancipation à travers la création du label Bisonbison. C’est l’expression autonome et sans concession signée David Babin. Il a inauguré sa propre maison de disque avec Cristal automatique #1, une mise en voix de chefs-d’œuvre de la poésie française, mais aussi québécoise et américaine.

#1 conversation1
#2 arthur rimbaud (tiré de Le bal des pendus – Poésies – éd. Gallimard)
#3 charles baudelaire (tiré de “La mort des amants” – Les Fleurs du Mal – éd. Gallimard)
#4 jean genet – (extrait de Le condamné à mort – éd. Gallimard)
#5 arthur rimbaud – (tiré de Mes petites amoureuses – Poésies – éd. Gallimard)
#6 antonin artaud – (tiré de “La rue” – L’ombilic des Limbes – éd. Gallimard)
#7 jacques kerouac – (tiré de Pull my daisy – Poésies – éd. Seghers)
#8 tom waits – (tiré de Watch her disappear – album Alice)
#9 gaston miron – (extrait de “La marche à l’amour” – L’homme Rapaillé – éd. Gallimard)
#10 conversation2
#11 aimé césaire – (tiré de “Le crystal automatique” – Les Armes miraculeuses – éd. Gallimard)

Babx ne farde pas la poésie des huit auteurs avec un abject domino, mais il l’accompagne dans un nouveau millénaire en la soutenant par des ambiances sonores dont les accents se cachaient jusqu’alors entre les lignes. Il compose à partir de ce que lui disent les textes et le résultat est étonnant d’acuité et de sensibilité. Ses interprétations poussent la curiosité des auditeurs les plus frileux; par exemple, la petite analyse littéraire suivante a su illustrer ce propos lors d’un débat entre les collaborateurs de la Hart Poétique.

Quand il chante La marche à l’amour de Gaston Miron, il marque une pause surprenante dans le vers “T’aimer fou / de racines à feuilles et grave”. En effet, marquer ici le silence entre l’adjectif et la préposition qui introduit son complément nous ferait plutôt attendre deux silences grammaticaux “T’aimer / fou de racines à feuilles / et grave”. Mais sa lecture propose une cadence sensiblement différente, elle interroge, on cherche un nouveau sens à la phrase. C’est ici l’une des forces de Babx; il ouvre le texte au champ des possibilités et à la modernité, il déplace la charge émotionnelle, il explore le potentiel du texte, il expérimente sa force vive. En l’occurrence, il subtilise la qualification pour en faire une nouvelle proposition principale par la suppression de l’asyndète initiale et la création d’une énallage. Il propose un paysage inédit du vers en lui trouvant des images insoupçonnées.  Autrement dit, sa lecture de La marche à l’amour n’est pas agrammaticale, elle est poétique. Que demander de plus à un interprète?

Notons qu’il existe une version limité à 350 exemplaires de Cristal Automatique #1, tous illustrés par Laurent Allaire et autographiés par David Babin (visuels et commande possible sur le site du label Bisonbison). Le digipack distribué par l’Autre distribution est déjà, quant à lui, un bel objet. Le travail de maquettiste a été soigné et intelligent, les choix typographiques respectent les poèmes tout en sauvegardant le mystère et la subjectivité de l’interprétation musicale.

SUR SCÈNE
Artiste associé au CentQuatre (Paris XIXème), il y a présenté Cristal automatique #1 le 22 octobre 2015.
Il a également participé au festival Taparole édition 2016 (Montreux), évènement qui fait la promotion de la chanson française émergente.

Ses performances scéniques ne consistent pas seulement à présenter celles d’un groupe de musique, mais elles consistent également à faire vibrer vos drones personnels, à éveiller ce lien timide ou simplement discret qui unit tous les êtres présents dans une salle de spectacle ou de concert à leurs propres émotions.

Je me souviens de l’effet de son merveilleux pouvoir sur les spectateurs du théâtre Saint Louis de Pau. En 2013, dans cette petite salle intimiste construite à l’italienne, il a su initier un moment de grâce qui a fait se lever les femmes, qui les a fait se déhancher entre les rangs et au son de la reconnaissance que leur doivent les hommes. Quand il chante, Babx est habité par le texte qu’il caresse avec précision de sa voix subtile dans le murmure et maîtrisée dans le cri. Sa gestuelle nous le présente dans le costume de ses personnages, ce qui est du plus spectaculaire effet au sein des lumières chorégraphiées qui l’accompagnent. D’autre part, sa générosité et son goût prononcé pour le partage culturel fait de lui un artiste accessible et volontaire qui, en plus d’introduire ses morceaux avec des adresses quasi confidentielles, sait répondre aux rappels avec une savoureuse maturité.

NOMINATIONS & PRIX
Coup de cœur de l’Académie Charles-Cros (en 2006 et 2009)
Lauréat du prix Variétés de la fondation Diane et Lucien Barrière (2006)
Nominé aux Victoires de la musique (2007)
Nominé à la finale de l’International Songwritting Competition (2007-2008)
Nominé au Prix Constantin (2009)
Lauréat du prix Raoul Breton (2014)

DU CÔTÉ DE CHEZ BABX…
on rencontre une petite fille gâtée aux yeux de noire sérénade, des madones au Remington à demi caché dans les bas résilles, un despote paranoïaque qui refuse de capituler, un couple de noyés à l’amour comme un chœur dissonant, un cri en camisole au dessein kamikaze et au visage de topaze, mais aussi Tchador woman, Lady L, Suzanne et Naomie.

Venez y flirter avec les lettres sombres et sulfureuses, y danser dans une ambiance de cabaret décadent, vous y défouler selon d’électroniques soubresauts, y enlacer de sensuelles envolées mélodiques, y deviser avec des cris aussi nostalgiques que scandalisés, y attendre de vous faire enlever et aluner dans une soudaine urgence… On s’y sent chez soi jusque dans les plus étranges configurations de l’âme et jusque dans les humeurs atypiques de mélodies indépendantes et capricieuses. Babx est un hôte qui a le formidable pouvoir de rassurer malgré la cécité, la distorsion ou la saturation qui parasite parfois le cœur des amoureux, des nerveux ou nauséeux. Il écrit des vers à vous damner par passion, il les interprète avec une justesse qui ondule et s’articule contre la peau de la subjectivité. C’est épidermique et sensuel comme la vision d’un passionné, c’est impératif et frais comme le havre d’un génie. Venez dans son univers. Venez vous y rapprocher de vous-même et de ce qui vous anime, venez y avoir des images à entendre, y jouir la vie dans ce qu’elle a de plus orgasmique ou de plus douloureux. Il vous dira combien il peut être beau de voir le texte précéder la musique, combien l’attention et la sensibilité sont à considérer même dans l’épreuve et le conflit puisqu’elles n’en permettent pas moins l’édification. Oui, le processus de création qui le guide lui fait construire un univers sonore à partir de sèmes et c’est pour l’amour de vous qu’un détour par chez lui est nécessaire car il est de ceux qui rendent justice à la langue française.

Auteur – Yann Frey

Laisser un commentaire