Les gavroches chapeautés

Il s’agit d’un collectif de jeunes amis comédiens rencontrés au Cours Florent. Ces derniers œuvrent depuis 2015 pour l’accessibilité du théâtre au plus grand nombre. Ainsi, ils donnent des représentations aux personnes n’ayant qu’un accès limité à la culture scénique (pour des raisons géographiques et/ou financières). Cette joyeuse petite famille à l’éthique héritière de Firmin Gémier, Antoine Vitez et Jean Vilar, est incontestablement actrice de la décentralisation et du théâtre populaire. S’ils adaptent des pièces classiques avec beaucoup de fantaisie, notons qu’ils le font également avec une grande pertinence puisque le propos abordé est sans cesse actualisé. Par ailleurs, ne manquant pas d’idées, Les Gavroches Chapeautés montent aussi des créations collectives originales.

LES GAVROCHES CHAPEAUTÉS JOUENT
LES PRÉCIEUSES RIDICULES

 

Titre : Les Précieuses Ridicules

 

Auteur : Molière

 

Mise en scène : Malu Monroe

 

Comédiens : Bruno Noury, Manon Nobili, Lara Pichet, Jean-Baptiste Sintès, Alexis Vandendaelen, Charles Vasner, Adrien Wadih

 

Les représentations ont eu lieu tous les samedis, à 16h30 durant mai, à 21h30 durant juin, et jusqu’au 30 juin 2018. Vous avez également pu retrouver Les Gavroches Chapeautés sur les planches du Festival Off d’Avignon édition 2018 !

 

CE QU’EN PENSE LA HART POÉTIQUE

 

L’intrigue, nous la connaissons : Cathos et Magdelon, deux jeunes filles prétentieuses, croient pouvoir s’émanciper de leurs origines bourgeoises ainsi que du joug patriarcal en se prétendant au-dessus de leur propre condition. Aussi opportunistes que matérialistes, elles tendent vers un prestige indomptable.

 

Là où Les Gavroches Chapeautés frappent fort, c’est dans le ton adopté. En effet, ils revisitent le tout premier Molière qui fut imprimé avec une fraîcheur saisissante ! La modalité adoptée n’édulcore en rien le propos initial, et pourtant, Malu Monroe nous offre ici une mise en scène des plus vivaces et modernes. Public apostrophé par les comédiennes et comédiens, utilisation de la vidéo en direct avec des smartphones, références musicales contemporaines… Ce sont autant de procédés qui viennent ponctuer la dramaturgie du XVIIème siècle avec des inclusions écrites de nos jours, par et pour les membres du collectif. Et les détracteurs d’une telle prise de liberté n’ont qu’à bien se tenir ; Les Gavroches chapeautés injectent un vent de troisième millénaire à la pièce de leur ami Jean-Baptiste Poquelin. Cette figure incontestable du théâtre français aurait sans doute applaudi de telles inclusions comme les points d’orgues d’un rire immuable.

 

Les acteurs, quant à eux, nous livrent une performance collective qui, par la seule force du jeu, par la seule ardeur qui les habite, nous maintient à la fois dans des considérations contemporaines et dans une énergie propre à l’humour moliéresque. Ajoutons à cela, qu’ils n’hésitent pas à expérimenter la musique en live, à chanter, à danser et à plonger dans le comique de situation.

 

La scénographie a deux vertus. Elle est assez minimaliste pour rendre ce spectacle adaptable selon l’espace scénique disponible, et elle joue la carte de l’ironie lorsque nous y voyons deux précieuses rongées par la fièvre acheteuse, le matérialisme, la notion de propriété.

 

Les costumes, enfin, semblent réellement sublimer la contenance morale des personnages. La cohésion d’ensemble n’en est que meilleure et le spectacle nous apparaît aussi clairement qu’un seul et même tableau ; celui, figuratif, de deux adolescentes en pleine crise identitaire.

 

L’empire du paraître, celui de l’image et de la surreprésentation convergent astucieusement dans cette comédie moquant la sottise avec autant de véhémence qu’elle exprime la difficulté de l’impératif et de l’injustice. Autant dire que nous accédons ici à une création qui se fait admirablement le miroir de notre époque tout en demeurant celui que tenait déjà Molière face au visage de la bourgeoisie du XVIIème. Un véritable coup de force de la part des Gavroches Chapeautés !

JEU-CONCOURS

 

La Hart Poétique a organisé un jeu-concours permettant à nos internautes de gagner deux places pour ce spectacle ! Pour participer, il suffisait de jouer notre “précieuse ridicule” en publiant un commentaire à l’humour moliéresque sur la page Facebook de La Hart Poétique. Le participant qui obtenait le plus de “j’aime” à la date du mercredi 23 mai était déclaré vainqueur !

INFORMATIONS PRATIQUES

 

Pour accéder à la billetterie, merci de contacter :

Pour vous y rendre :

 

La Comédie Saint-Michel
95, boulevard Saint-Michel
75005 PARIS

 

10 station Cluny-Sorbonne

 station Luxembourg

 lignes 82, 38, 85, 21, 27, arrêt Luxembourg